Les P'tits Zefs à Montréal

De la Bretagne au Québec

Catégorie : Québec

Les couleurs de l’automne dans les cantons de l’est

Le week-end de l’action de grâce arrive, nous en profitons donc pour partir observer les couleurs automne. Direction les Cantons de l’Est, à moins de 2 heures de route de Montréal, ils offrent un décor magnifique, entre forêts et montagnes. Une amie de France nous accompagne pour ce road trip de 3 jours.

Samedi 6 octobre

Nous partons tôt le matin de Montréal en direction du parc national du Mont Orford. Arriver sur place, toutes les entrées carrossables étaient fermées dans notre secteur. Nous avons donc dû garer la voiture à l’extérieur pour ensuite commencer notre randonnée dans le parc. Au début du sentier nous croisons un agent de la SEPAQ, qui nous rappelle qu’il faut payer pour emprunter le sentier. Nous comptons notre petite monnaie pour pouvoir rassembler 8.50 §, afin de faire rentrer notre amie. Pour nous cela est moins complexe car nous avons une carte à l’année.

Nous décidons d’emprunter le sentier du Ruisseau-David pour accéder au sommet du Mont-Chauve qui s’élève à près de 600 mètres d’altitude. Cette randonnée fait 9 km et dure environ 3 h 30, elle permet d’avoir une magnifique vue sur le lac Stukely et le mont Orford.

Après cette petite randonnée qui nous a mis des couleurs plein la vue, nous passons notre nuit dans un Airbnb proche du Parc National.

Dimanche 7 octobre

Direction Magog, pour une petite découverte de la ville, nous visitons le centre ville et mangeons dans une bonne Microbrasserie: La Memphré.

Après un très bon repas, direction Coaticook à environ 35 minutes de Magog. Pour cette nuit nous avons choisi de dormir dans une Yourte. Nos hôtes sont très proches de la nature, sympathiques et nous sommes vraiment bien accueillis.  La yourte est très chaleureuse et reposante, nous ne voulons plus la quitter mais comme tous les touristes du coin nous partons à la laiterie de Coaticook.

Avec ce froid et cette fin de saison nous pensions qu’il n’y aurait pas de touristes mais détromper vous, nous avons du attendre pour prendre une glace. Après avoir mangé une glace au sirop d’érable, nous en profitons pour aller en face de la laiterie, acheter des bières à la microbrasserie de Coaticook pour prendre notre petit apéro.

Après notre repas, nous partons a pied direction le parc de la Gorge de Coaticook où se déroule Foresta Lumina. Afin d’être sûrs de pouvoir y participer, nous avons acheté nos places en avance directement en ligne.

Nous avions tellement entendu parler de ce lieu que nous avons vraiment hâte de voir ce que ce passe dans cette forêt. À la tombée de la nuit, nous marchons sur un parcours multimédia de 2,6 km. La forêt magique joue sur la scénographie, les éclairages et l’utilisation du «mapping» vidéo, le tout avec des effets sonores pour donner une impression de magie.

Lundi 8 octobre

3 ème jour, nous prenons la route du retour en direction de Montréal pour la reprise du travail. Sur la route, nous nous sommes arrêtés pour pique-niquer à côté du Fort-Chambly. C’était visiblement un lieu très touristique où les écureuils n’avaient aucunement peur des humains et venaient littéralement se servir dans le paquet de chips! Malgré avoir changé plusieurs fois de table nous avons choisi d’aller manger tranquillement dans la voiture pour ne plus ce faire « attaquer » avec des écureuils. Même si cette histoire peut faire rire .. ce n’est pas du tout leur comportement normal. Ils agissent de cette manière parce que des touristes leur donnent volontairement à manger …

Le festival Western de St-Tite

C’est parti pour le 51 ème festival Western de St-Tite , nous partons pour le 1er weekend (du 7 au 9 septembre 2018).

Pour cette aventure dans le far ouest de l’est, nous sommes accompagnés par 3 de nos amis. Et pour l’occasion, histoire de ce fondre dans la masse, nous avons loué un pick-up (un Ford F150). Après avoir chargé nos affaires à l’arrière, nous prenons la route direction la ville de St-Tite à environ 2h de Montréal.

Nous arrivons sur place de nuit et nous montons la tente, naturellement un de nos voisins nous aide (avec une hache pour planter les piquets de la tente..). L’entente se fait et c’est parti pour la soirée avec les voisins. Autour plusieurs verres … les rencontres se font assez facilement.

Jour 1 :

Le Festival Western s’empare littéralement de la petite communauté de St-Tite et nous partons en ville pour sentir l’ambiance western, il y a foule mais il ne fait pas chaud!! Pour nous réchauffer, nous prenons donc une bière froide (et oui au Québec on dit une bière froide et non une bière fraîche). Dans la rue, nous nous sentons un peu seuls sans chapeau de cow-boy et autres accessoires (botte, ceinture à canettes, etc). La décoration, les personnes et la musique nous font chavirer dans cette ambiance survoltée. Nous en profitons pour regarder le rodéo mécanique mais personne n’ose le faire!

Nous sommes aussi très surpris par autant de caravanes, je pense même que l’on peux parler de car/bus pour certains d’être eux. Nous en visitons en exposition et nous sommes étonnés de la grandeur telle des petits palaces sur la route.

Évidemment, le soir nous allons en ville pour nous mettre dans l’ambiance de la maison.

Jour 2 :

Nous partons en direction de l’arène pour aller voir des épreuves de rodéo!! Pour ma part, je trouve cela un peu spécial mais c’est divertissant les spectacles se multiplient et se diversifie au fur et à mesure du temps. À la fin des épreuves, le temps est venu de la parade qui arrive dans l’arène. Différents chevaux et chars défilent devant nous. Mais nous ne regardons pas la fin, car Montréal nous attend.

Les papillons en Liberté

Petit week-end de repos à Montréal (24-25 mars), nous sommes partis faire un tour au Jardin Botanique. Après avoir vu des affiches partout dans le métro, nous nous mettons en marche pour la 21e édition des papillons en liberté (dans la serre du jardin botanique).

Autour de nous, plus de 1500 papillons d’une cinquantaine d’espèces virevoltent et butinent de fleur en fleur. Pour les prendre en photo cela a été un casse tête, oui oui les papillons volent et certains sont des piles électriques.

Québec : Le carnaval

  • les plaines d'abraham
    Les plaines d'abraham
Chaque année au mois de février se déroule le fameux Carnaval de Québec! Nous sommes allés faire un tour à la 64 ème édition, le 1er week-end de février. Le carnaval rythme la ville et les habitants de fin janvier à mi-février, et ce depuis 1955.

Connaissez-vous « bonhomme »?

Je vais vous le présenter, c’est la mascotte du Carnaval de Québec. Un bonhomme de neige avec sa tuque (bonnet) et sa ceinture fléchée traditionnelle québécoise (d’origine indienne). C’est le symbole vestimentaire du Carnaval. Bonhomme c’est un peu le roi, chaque année, des artisans lui construisent un Palais de glace avec tout l’équipement et le confort. Une effigie à son image est créée à chaque édition. Elle sert de ticket d’entrée et permet de financer en partie le carnaval.

Nous avons visité les 5 sites du carnaval, qui proposent un grand nombre d’activités : concours de sculpture sur neige, tire sur neige, lancé de Hache, son et lumière dans un palais de glace, course de canot à glace ou encore parade nocturne.

Le samedi, nous en avons aussi profité pour nous balader. Nous avons suivis la promenade des gouverneurs, un passage incontournable qui permet de rejoindre, en une quinzaine de minutes, la vieille ville aux plaines d’Abraham. Les plaines sont un ancien champ de bataille où les Français et les Anglais se sont affrontés en 1759, pendant la guerre de 7 ans. Les Frenchies ont perdu, les Britts sont restés. Aujourd’hui, c’est un magnifique grand parc qui surplombe le fleuve Saint-Laurent, avec des restes de fortins et de canons.

Toute cette balade et ce froid glacial nous a donné faim et en bon québécois, on se doit d’aller « se sucrer le bec » dans une cabane à sucre. Nous avons donc goutté, la tire d’érable sur neige, cela consiste à chauffer du sirop d’érable et à le verser sur la neige pour obtenir un bonbon mou sur un bâtonnet.

Le soir venu , nous avons regardé le défilé, en sautant: oui oui nos pieds étaient congelés. Lors de ce défilé, nous avons pu apercevoir des policiers faisant de l’animation en attendant le défilé, des chars, des fanfares, des danseurs.

Le dimanche matin, direction la course en canot à glace, qui demande force et endurance. Au Québec, c’est un sport de compétition, les pratiquants rament ou trottent (les canoteurs utilisent leur pied pour propulser l’embarcation sur la glace) sur les eaux glacées du fleuve Saint-Laurent. Plusieurs universités étaient en compétition. Avec ce froid et grâce à notre effigie, nous avons eu le droit à un petit barbecue. Après il était temps de rentrer sur Montréal (sous la neige).

Québec est une ville vraiment charmante et nous voulons y retourner cet été pour la voir sans la neige, mais aussi découvrir les alentours!

Une petite journée au ski

  • Piste "noir"
Valentin a eu l’occasion d’aller à Costco (grande enseigne américaine) avec une collègue de bureau. Après avoir acheté des billets a 30 $ chacun, nous sommes partis dans une petite station de ski: Le Mont habitant (à moins d’une heure de Montréal).

Arrivé à la station de ski, le parking est gratuit, nous allons donc louer nos équipements de ski pour 40 $ chacun  (et après persévérance de Valentin, nous avons pris un casque).

C’est parti, on chausse nos skis et on prend le télésiège. Après 15 ans sans faire de ski pour moi et 8 pour valentin, nous prenons la piste verte pour nous remettre dans le « bain », tout va bien ont reprend vite ses habitudes.

Cette station comprend 2 télésièges de 4 places, 9 pistes de ski (une verte, cinq bleue et trois noires). Ici il n’existe que 3 couleurs de pistes possibles, la couleur rouge n’existe pas. Après avoir fait toutes les pistes (enfin pour moi, Valentin n’a pas voulu me suivre sur une des pistes noires ^^), plusieurs bosses, mais aucune chute, nous avons été au restaurant au pied de la station de ski.

C’est reparti pour l’après-midi, je chute deux fois , une fois sur les bosses et une autre sur une piste gelée…. Mais heureusement le soleil était de la partie et nous avons vraiment apprécié cette journée. Je voulais même rester le soir parce que les pistes sont éclairées mais pour une reprise c’est déjà très bien!

Cabane à sucre : Famille Ethier

  • Devanture de la cabane à sucre
Le 11 mars à 9 h, direction Mirabel à 15 km de Montréal avec des amis pour la cabane à sucre famille Ethier. Nous avons eu cette bonne adresse grâce à un collègue de valentin.

Le début de la saison des sucres est lancée, elle s’étend  de la fin février à la fin Avril. C’est le moment où les températures sont positives la journée et négatives la nuit .

Les cabanes à sucre sont devenues une institution dans le paysage québécois qui est l’un des premiers producteurs de sirop d’érable dans le monde. Le paysage comprend beaucoup de cabane au sucre au kilomètre carré. Il faut une quarantaine de litres de sève pour produire 1 litre de sirop !

Voici ce que nous avons mangé au repas (le tout agrémenté de sirop d’érable):

  • Entrée: pains, cretons (sortes de rillettes) et soupe aux pois
  • Plat: omelette, pommes de terre, bacon, betteraves, oreille de crisse et jambon
  • Dessert: Grand-père et gaufre

À la fin de notre repas, un dernier délice nous attend, la tire sur neige. C’est du sirop d’érable chaud mis sur de la neige, on prend notre petit bâtonnet que l’on tourne pour faire une sucette. En dégustant notre « sucette », nous avons eu des explications sur la collecte et le traitement de l’érable.

Les arbres (érables) sont entaillés et l’eau (la sève) récoltée est bouillie jusqu’à sa caramélisation: le sirop d’érable est né. Cette tradition a été transmise par les Amérindiens qui récoltaient la sève d’érable bien avant la colonisation. De nos jours, le processus de récolte et de transformation s’est industrialisé. On ne taille plus à la main, la sève est directement collectée grâce à un réseau de petits tuyaux.

Cela a l’air simple par écrit, mais cela demande de la technique. Le chef de Valentin a tenté l’expérience, mais il a fait trop chauffer l’eau et c’est devenu du sucre.

Plusieurs types de sirop existent:

Le sirop extra-clair et clair, très peu caramélisé, a une couleur or. Il est très prisé des importateurs japonais.

Le sirop médium. Sa robe est un peu plus foncée et son goût plus prononcé.

L’ambré ou foncé. Sa couleur est sombre et son goût, fumé, est très aromatique.

Ne confondez pas le sirop d’érable avec sa pâle copie bon marché, le sirop de poteau (ou sirop de table) qui est composé de sirop de maïs et d’arômes artificiels.

Le jour où nous avons fait du chiens de traîneau

  • lac gelé
    Passage sur le Lac gelé
Fin janvier, direction les Laurentines pour faire du chien de traineau et visiter le mont tremblant lors d’un week-end.

Après plusieurs recherches, direction Expédition Rêve Blanc, une entreprise d’éco-tourisme basée dans les Hautes Laurentides, près de Mont Laurier (à 3h de route à l’Ouest de Montréal). On peut choisir de faire du traineau à la demi-journée (2h30), à la journée (5h30) ou carrément un raid de plusieurs jours (dans la région ou dans la baie James, à quelques 1 000km au nord de là).

C’est parti pour une après-midi, mise des harnais sur les chiens, petite explication pour conduire le  traîneau à chiens et nous partons accompagnés de notre guide et 2 autres traîneaux.

Nous menons nous même notre propre traîneau de 7 chiens, nous sommes au début  tous les deux à conduire le traîneau, puis au fur et à mesure un s’assoit dans le traîneau pendant que l’autre conduit.

Conduire les chiens est tout de même assez physique, nous avions même failli tomber au début quand nous étions tous les deux à conduire le traîneau. Les chiens sont puissants et vont vite, il faut donc freiner dans les descendes, et maîtriser les virages mais dans les montées il faut quand même pousser un peu pour les aider. Lors d’un virage , Marie a du mettre ses deux pieds sur le frein mais impossible de les arrêter mais ils ont continué!

Nous avons adoré cette expédition, le parcours était magnifique, nous avons traversé une forêt et un lac gelé et enneigé. Les chiens ne sont pas maltraités et adorables. Nous avons même eu notre petit chouchou : Biscuit.

Une très bonne adresse que je recommande à tous .

Après le chien de traîneau, nous sommes partis nous reposer dans un airbnb proche du mont-tremblant.

Le lendemain, après plusieurs interrogations , nous sommes finalement partie au parc national du mont tremblant (secteur du diable) , nous avons pris le chemin de raquettes, sans raquettes puisque le chemin était en parti glacé. Nous avons fait 8,6 km de marche, 2 points de vue et nous avons pique niqué sur place.

Les points de vues sont magnifiques, par contre la première montée n’a pas été de tout repos et il neigeait beaucoup au départ mais nous avons réussi à gravir la montagne.

Un très bon week-end!

 

 

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén